ACCUEIL

QU’EST-CE QUE LA LOGISTIQUE URBAINE?

La logistique urbaine est définie comme la façon d’acheminer dans les meilleures conditions les flux de marchandises qui entrent, sortent et circulent dans la ville. Ces meilleures conditions, faisant l’objet d’un compromis entre divers acteurs (professionnels, collectivités et usagers) possédant des objectifs et des contraintes propres (sécurité, pollution, bruit, partage de la voirie, congestion, coûts, délais, etc.).

Iceberg de la Logistique Urbaine

LA CHAIRE LOGISTIQUE URBAINE

La Chaire Logistique Urbaine MINES ParisTech est un partenariat construit entre un regroupement d’entreprises, d’administrations publiques et l’École des Mines de Paris, qui vise à développer la connaissance opérationnelle et théorique dans le domaine de la logistique urbaine. Cette ambition est partagée par un groupe de mécènes qui soutiennent les initiatives de la Chaire. Ces partenaires sont l’ADEME, le Groupe Pomona, le Groupe La Poste, la Mairie de Paris et Renault.

La Chaire propose un espace de partage, de synergie et de création entre les diverses parties prenantes de la logistique urbaine. Elle cherche à faire de l’approche technique le socle commun des projets. Dans ce lien vous trouverez une liste des réalisations récentes de la Chaire.

LA TECHNIQUE : UNE APPROCHE INCONTOURNABLE

Au sein du Centre de Robotique de MINES ParisTech, la Chaire Logistique Urbaine bénéficie des compétences techniques dans les domaines de l’automatisation, de l’optimisation et de la robotique.

Aujourd’hui la complexité des échanges logistiques impose la conciliation des enjeux de mobilité durable face aux particularités des zones urbaines. Pour relever ce défi, nous proposons une approche pratique s’appuyant sur les nouvelles technologies.

Les travaux de la Chaire, sont en forte synergie avec les 3 principes de la robotique :

  1. la perception : comment caractériser un flux urbain avec ses contraintes et acteurs ?
  2. la décision : comment planifier les opérations logistiques, les mutualiser, optimiser et minimiser les externalités négatives ?
  3. l’action : comment évaluer et faire évoluer les systèmes actuels ?